Actualités

Indice paysager : Plongée au large de Saint-Jean-de-Luz

12.06.2018

CREOCEAN et l’Institut des Milieux Aquatiques (IMA) de Bayonne en plongée sous-marine au large de Saint Jean-De-Luz afin de définir un indice paysager adapté au Pays Basque.

Soumis à des contraintes naturelles fortes et à une exploitation économique, le proche espace sous-marin possède une dynamique temporelle. Il pose des problèmes de gestion, de délimitation, retient l’attention de plusieurs groupes sociaux, et son image est plus ou moins répulsive selon que l’on est terrien, marin ou plongeur. Ce processus de territorialisation du proche espace sous-marin compris entre 0 et 40 mètres de profondeur est fortement corrélé à une somme de contraintes intra-spécifiques et en interaction structurant un système territorial (Marchand, 1986 in Musard et al. 2007).

De plus en plus fréquenté et représenté, il prolonge le littoral dont il est une marge ou une périphérie plus ou moins intégrée et a donc cessé d’être un « territoire du vide » au sens d’Alain Corbin (1988).

Dans ce contexte, le proche espace marin est parfaitement intégré aux travaux et suivis de la qualité du milieu (DCE, DCSMM) et la notion de paysage peut être considérée comme une composante accessible à l’interprétation par les gestionnaires avec l’appui de structures scientifiques.

Avec le développement de la plongée sous-marine, la qualité paysagère des fonds sous-marins est devenue petit à petit une valeur importante pour les gestionnaires des espaces maritimes. Cette valeur s'exprime en termes d'image de marque (réputation de la zone) mais également en termes économiques directs, la plongée pouvant constituer dans certaines zones une véritable activité commerciale. Les gestionnaires du milieu marin cherchent alors à évaluer leur patrimoine sous-marin, à faire connaître ses atouts et enfin à le préserver.

La qualité paysagère du milieu est l'une des composantes essentielles de ce patrimoine. Elle fait intervenir à la fois le milieu physique (relief notamment) et le milieu biologique (habillage du substrat). Par ailleurs, elle concerne des caractéristiques plus conjoncturelles (clarté de l'eau) ou plus subjectives (présence ou absence d'une espèce phare). Son évolution peut être un indicateur de modifications naturelles et/ou anthropiques.

La caractérisation des paysages sous-marins doit donc faire apparaître toutes ces composantes.

L’approche par le paysage sous-marin permet d’orienter le regard vers le « détail », de mieux comprendre la réalité naturelle et biologique sous-marine, d’appréhender la diversité et la richesse écologique et patrimoniale du territoire observé et, éventuellement, de le qualifier suivant une échelle de valeur (Musard et al., 2007).

L’interprétation et l’usage du paysage sous-marin comme clé de lecture permettent ainsi d’affiner le regard sur des systèmes écologiques et d’apporter des informations aux gestionnaires.

Suite à ce constat, une convention de partenariat a été signée le 18/05/2018 entre l’Institut des Milieux Aquatiques et CREOCEAN afin de commencer à réfléchir à la notion de paysage sous-marin, dans un premier temps au sein d’un site Natura 2000 marin (FR 7200813).

L’objectif de ce partenariat sera de définir un indice paysager, adapté au Pays Basque, qui permettra de synthétiser l’ensemble de ces compartiments pour caractériser l’intérêt paysager d’un site.

Une première mission, réalisée en Juin 2018, a été l’occasion de caractériser 4 sites du Pays Basque, « Cambo-bancu », « Ficoa en Cala », « Aroca tiquia » et « Belhara » avec, pour chacun, la mise en place d’une fiche synthétisant toutes les composantes du paysage définies ainsi que l’indice qui lui est associé.

Une vision à plus long terme pourrait être ensuite de valider cet indice à l’échelle du Pays Basque, puis entamer la même réflexion sur les paysages sous-marins de l’ensemble de la région Nouvelle Aquitaine.

CREOCEAN@CREOCEAN_keran
Un très bon anniversaire à toute l'équipe ! #créocéan @romain_legras https://t.co/qmyD51kC6x